Diminuer le texte Appuyer sur Ctrl - pour diminuer la taille du texte
Agrandir le texte
Appuyer sur Ctrl + pour augmenter la taille du texte
Envoyer l'adresse de la page à un ami Imprimer le contenu de la page (Nouvelle fenêtre)
Appuyer sur Ctrl + p pour imprimer la page.

Exporter au format PDF (nouvelle fenêtre)



Projet d'extension autour de l'Ecusson

Tout montrer / Tout cacher

répertoire des faq

Quels sont les objectifs du projet ?

Un nouveau projet à deux faces

 Le projet de prolongement de la ligne de tram’bus autour de l’Ecusson est d’abord une réponse aux besoins de nouvelles mobilités dans notre agglomération, avec une nouvelle organisation des transports publics urbains, mais aussi des circulations automobiles, piétonnes et des vélos. De surcroît, ce projet est aussi l’occasion de rénover les grands boulevards et les principales places qui ceinturent le coeur historique de la ville de Nîmes.

  • Ces deux visages du projet se retrouvent jusque dans l’organisation institutionnelle.

Le volet « mobilité » relève de la compétence de la Communauté d’agglomération Nîmes Métropole et le volet aménagement urbain est du ressort de la Ville de Nîmes.

Pour une meilleure efficacité économique, de coordination des chantiers et de cohérence entre les solutions d’aménagement, les deux collectivités travaillent ensemble. La Ville de Nîmes a délégué sa Maîtrise d’ouvrage à la Communauté d’agglomération en décembre 2013. C’est le budget communal, et non celui de l’agglomération, qui supporte donc la part du coût du projet relative aux aménagements des places et opérations connexes.

Population desservie et prévision de fréquentation

  • 20 700 habitants, 14 000 emplois, 9 500 scolaires sont concernés dans un rayon de 500 m autour des stations
  • 12 000 voyages par jour sont attendus à l’horizon de la mise en service sur la ligne T1 prolongée de la section 1, soit un gain de 55% par rapport à la situation actuelle (7700).
  • ¼ de la population nîmoise et 1/6 de celle de l’agglomération à moins de 500m d’un arrêt de la ligne.
  • 1/3 des emplois nîmois et ¼ des emplois de Nîmes Métropole

Les nouveautés et points forts

  • 6 stations intégrées réparties le long du tracé
  • La station Feuchères Esplanade permet de rejoindre la gare SNCF et sera en correspondance avec T2
  • Une implantation des stations respectant les arbres
  • Un nouveau partage de l’espace sur les boulevards de l’Ecusson
  • Des liaisons cyclables et des stationnements 2 roues sur tout le tracé
  • L’ouverture du site propre du tram’bus aux autres lignes du réseau Tango
  • 9 places et squares emblématiques réaménagés
répertoire des faq

Quels sont les bénéfices attendus sur notre qualité de vie ?

Le projet présente des effets positifs sur plusieurs aspects : sécurité des flux, dynamique économique, desserte des équipements publics, conditions de déplacement et de circulation, ambiance acoustique et paysage urbain.

Un Bilan carbone largement positif

Le Bilan carbone doit permettre d’évaluer l’impact d’un projet pour une année type.

Il n’intègre donc pas les émissions actuelles liées à cette ligne et à son fonctionnement, mais uniquement les émissions liées au fonctionnement de la première section de l’extension (tour de l’Ecusson).

Ce Bilan carbone a été réalisé pour la phase travaux (matériaux utilisés et transportés), ainsi que pour la phase de fonctionnement (fonctionnement du réseau de transport urbain et report modal attendu des voitures particulières vers les transports collectifs) :

  • Emissions en phase construction : 5 530 T équivalent CO2,
  • Emissions économisées en phase exploitation : 330 T équivalent CO2/an,
  • Bilan carbone global : gain d’environ 6 300 T équivalent CO2 au bout de 30 ans.

On note que le Bilan carbone est positif en raison de la baisse des émissions de gaz à effet de serre induite par :

  • le report attendu de l’usage de la voiture sur les transports en commun,
  • la restructuration du réseau menée en parallèle de la mise en service du tram’bus qui permet une économie annuelle de plus 120 000 kilomètres bus sur le périmètre étudié.

Des effets socio-environnementaux favorables

L’étude a été menée conformément à la réglementation nationale qui codifie les données et normalise les procédures de calcul. Pour la section 1 du prolongement de la ligne de tram’bus, des effets notables sont attendus.

  • Des gains de temps pour les usagers

Le total des gains de temps pour les usagers (actuels et nouveaux) des transports en commun s’élève à 89 000 heures par an en 2018.

  • Un report de l’usage de la voiture sur les transports en commun

537 000 kilomètres en automobile sont reportés sur les transports en commun. Le réseau Tango dans sa globalité gagne plus de 300 000 voyages sur un an.

  • Un impact léger mais favorable sur l’ambiance sonore

Les calculs acoustiques prévisionnels réalisés le long du tracé du projet ont permis de comparer les niveaux de bruit qui mettent en évidence de légères diminutions des nuisances sonores à terme, liées à la baisse de la vitesse et de l’intensité des circulations automobiles.

répertoire des faq

Quelles sont les garanties pour préserver les arbres sur les boulevards de l’Ecusson ?

Le traitement des arbres sur la première section

Dans l’ancien projet, deux paramètres avaient conduit la maîtrise d’ouvrage à envisager l’abatage des arbres : l’intégration des quais et le déplacement de la trémie d’accès au parking de la Coupole.

L’ensemble des arbres qui avaient été abattus en secteur sauvegardés (55 arbres) a été replanté.

La trémie n’a pas été déplacée.

  • Au total sur la première section, 600 arbres nouveaux ont été plantés.

Une nouvelle implantation des stations dans le respect des arbres

Aujourd’hui, à nouveau projet : nouvelle maîtrise d’oeuvre. Le nouveau projet respectera intégralement les alignements existants. L’objectif est de n’abattre aucun arbre.

Le Cabinet Grumbach architectes en collaboration avec le Groupe Egis, a respecté la contrainte imposée par la collectivité en proposant un principe d’aménagement qui permet d’intégrer les abris voyageurs et les quais des stations au milieu des arbres.

Un quai de tram’bus mesure au moins 20 mètres de long, sans compter les rampes d’accès. Sur les boulevards, 4 à 5 arbres d’alignement sont implantés sur cette longueur. Il faut donc organiser le quai à la fois selon les normes géométriques (planéité, rampe d’accès pour personnes à mobilité réduite, hauteur par rapport à la chaussée, largeur des passages libres, disposition des équipements pour le bon fonctionnement des lignes, abris pour les voyageurs) et dans le respect des conditions d’épanouissement des arbres (protection des racines et des tiges, drainage…).

  • Une solution originale a donc été développée pour tenir l’ensemble de ces engagements

En savoir + : visualisez l'insertion des stations sous les arbres


Des protections physiques et des méthodes rigoureuses durant le chantier

La charte de l’arbre sera respectée.

Les arbres recevront une protection mécanique qui le mettra à l’abri des chocs des engins de chantiers.

Le plan de respect de l’environnement, intégré dans le cahier des charges imposées aux entreprises, définit de manière détaillée les diverses actions autorisées ou interdites à proximité des arbres

Ces mesures font l’objet d’un contrôle (et éventuellement de pénalités en cas de non-respect).

  • Un contrôleur à plein temps sur le chantier sera dédié au bon respect des prescriptions environnementales.
répertoire des faq

Combien va coûter l’extension de la T1 (tour de l’Ecusson) ?

25,9 millions d’euros de travaux au total

  • 18,5 millions d’euros HT pour les travaux du tram’bus à la charge de Nîmes Métropole avec un financement sollicité auprès de ses partenaires, Etat, Région, Département, Europe
  • 7,4 millions d’euros HT de travaux à la charge de la Ville de Nîmes pour les aménagements des places et opérations connexes.